Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cérémonie en hommage à René PROBY, maire honoraire de Saint Martin d’Hères

Cérémonie en hommage à René PROBY, maire honoraire de Saint Martin d’Hères

Mesdames, Messieurs,

Martinéroises, martinérois,

Cher-es ami-es, cher-es camarades,

Il y a un peu plus de 6 ans, le Mouvement des Jeunes Communistes en Isère peinait à se remettre des « années Robert Hue ». Durant cette période, c’est l’existence-même du Mouvement des Jeunes Communistes de France qui était remise en cause.

René, lui, n’a jamais douté : il a toujours considéré que la jeunesse était porteuse d'espoir.

Parce qu'il croyait en la jeunesse, il a fait le choix d'organiser la rencontre de jeunes qui ne se connaissaient pas, mais qui partageaient des valeurs de justice, de paix, d'égalité et de solidarité. Pour lui, ces valeurs prenaient pleinement leurs sens dans le combat quotidien des communistes. Il nous a transmis l'idée selon laquelle « sans organisation, les idées finissent par n'être plus qu'un souvenir. »

La rencontre de ces jeunes a permis, quelques semaines plus tard, de reformer la Jeunesse Communiste à Saint-Martin-d'Hères. Une impulsion qui eut un retentissement dans tout le département, et qui donna un nouveau souffle à notre mouvement. René nous a ensuite mis en contact avec les camarades du bureau de la Section de Saint-Martin-d'Hères du Parti Communiste Français et de sa secrétaire, Dominique Negri. Il savait que nous trouverions auprès d’eux le cadre nécessaire à notre formation politique et à notre organisation. Il savait aussi ce que représentait l'arrivée de jeunes à la section du Parti, lui qui, mettait tant d'énergie à faire vivre et à renforcer notre organisation révolutionnaire.

Son engagement de communiste allait de pair avec son engagement profondément humaniste qui inspirait toutes ses activités, de médecin, d'élu, de militant. Il consacra sa vie entière à la lutte pour la satisfaction des intérêts de la classe ouvrière, des travailleurs, des jeunes, des plus démunis. Pour cela, René était reconnu et apprécié de tous ceux qui se battent au quotidien, et bien au-delà Saint-Martin-d'Hères.

A plusieurs reprises, notre camarade maire s’est distingué par ses prises de positions courageuses. En 2004, il fut le seul conseiller général de l’Isère à s’opposer à la privatisation des VFD. Ce combat et sa connaissance du dossier nous furent extrêmement utiles lors du lancement de notre campagne pour gagner une régie publique des transports en commun en Isère.

René s’illustra également en 2008 lors du Congrès des maires de France à Paris. Dans son discours, François Fillon présenta aux élus le service minimum d'accueil (SMA) à l'école en cas de grève. Il fut copieusement sifflé et à l’invitation de René, quelques 4 500 élus désertèrent symboliquement la salle pour protester contre les poursuites engagées contre sept élus de notre département.

René fut en effet toujours un défenseur du service public, d’un service public universel et de qualité. C’est pourquoi il lutta encore tout récemment aux côtés de ses camarades, pour la défense du service public postal à Saint-Martin-d'Hères. Il était encore parmi nous lors de la manifestation du 15 novembre 2014 pour sauver la poste de la Croix Rouge. Affaibli, fatigué et fragile sur ses jambes, il avait tenu à être avec ses camarades, dans le froid et sous une pluie battante.

René était de toutes les manifestations, et pas seulement des plus grandes, toujours aux côtés des travailleurs en lutte.

Les Jeunes Communistes et lycéens se souviennent d’ailleurs de sa disponibilité et de son soutien sans faille lors du blocage du lycée Pablo Neruda pour protester contre les suppressions de postes, c'était en 2009. Nous avions marché jusqu’au centre-ville de Grenoble, pour rejoindre le cortège intersyndical. René avait marché avec nous et arrêtait même les voitures afin d’assurer notre sécurité.

René était particulièrement attaché à l'éducation et au développement, à Saint-Martin-d'Hères, du sport de masse et de la culture pour tous, et à en faciliter l'accès notamment des jeunes.

Durant toutes ces années, René a rempli de façon exemplaire son rôle de communiste-élu, toujours selon ses convictions, et sans jamais se déconnecter des luttes. C'est ce qui fait la valeur d'un élu communiste, et nous savons que ceux qui lui ont succédé, à la mairie et au Conseil Général, les camarades David Queiros et Florence Landois, auront à cœur d'en faire autant.

René est parti beaucoup trop tôt. Et si nous pouvions lui adresser un dernier message, il serait rempli d'affection, de souvenirs, de joies partagées à la fête de l'Humanité où lors de nos repas fraternels qui réunissaient des dizaines de jeunes. Nous lui adresserions toute notre reconnaissance d'avoir été un communiste authentique, un grand médecin et un ami si précieux. Nous pleurons aujourd'hui de ne plus pouvoir rire avec lui.

Il a largement contribué à changer nos vies, à les lier au sort des travailleurs de ce pays, à nous donner les clés pour nous organiser et lutter.

Il laisse un vide que nous aurons bien du mal à combler. Mais que là où il se trouve, il soit sûr de notre détermination à poursuivre le combat pour en finir avec cette société capitaliste qui ne vit que de l’exploitation, de la misère et des guerres. Dans chacun de nos actes militants, à chaque tract distribué, à chaque affiche collée, à chaque manif, à chaque grève et dans chaque lutte, c'est à René que nous penserons.

Merci René. Merci camarade. Tu vas nous manquer mais le meilleur hommage que nous puissions te rendre, c’est de poursuivre inlassablement la lutte à laquelle tu as consacré ta vie.

VIVE SAINT MARTIN D’HERES !

VIVE LA JEUNESSE COMMUNISTE !

Partager cet article

Repost 0