Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

STOP A LA GUERRE IMPERIALISTE EN SYRIE  NON A L’INTERVENTION MILITAIRE

Début 2011, un mouvement pacifique et légitime s’est développé, porteur d’aspirations sociales et démocratiques. Il a été réprimé d’une façon inacceptable avant une libéralisation politique relative et bien trop tardive.

Les Etats-Unis, ses alliés européens, France en tête, Israël, la Turquie ainsi que les dictatures du Golfe, Arabie Saoudite et Qatar s’en servent comme prétexte à une ingérence massive impérialiste. Attisant la guerre et ayant comme modèle et perspective un scénario à la libyenne ou à l’irakienne, cette ingérence engendre une décomposition du pays, des dizaines de milliers de morts, la fin de sa souveraineté, le pillage de ses richesses.

Ce qui se passe en Syrie, c’est bien une guerre et non la répression d’une révolte populaire. Elle oppose deux forces armées : celle du régime en place d’une part ; celle, d’autre part, structurée progressivement, depuis des mois, à partir d’éléments venus d’autres pays et entraînée et puissamment équipée par les puissances impérialistes, qui ont intérêt à sa chute voire à l’éclatement de la Syrie. Les armes affluent via l’Arabie Saoudite et le Qatar, la Turquie servant de base arrière.

L’ingérence de ces mêmes puissances impérialistes, notamment de l’Union Européenne du capital est mise au grand jour, à défaut d’une éventuelle intervention militaire, par la décision de lever l’embargo sur la livraison d’armes à destination des bandes armées accomplissant la volonté des groupes impérialistes. Avec la complicité du gouvernement israélien qui s’octroie le droit d’entrer illégalement sur le territoire syrien par les voies terrestre ainsi qu’aérienne et d’user tout aussi illégalement de l’arme chimique sur la population syrienne.

Ainsi une propagande mondiale, visant à diaboliser le régime syrien, est mise en œuvre à travers le relais des médias occidentaux afin de justifier l’ingérence impérialiste.

Pourquoi la coalition impérialiste, associant les Etats-Unis, l’Union Européenne, France en tête, Israël, la Turquie, les dictatures du Golfe veut-elle détruire l’Etat Syrien ?

C’est le dernier Etat du monde arabe à affichage laïque et socialiste, non aligné historiquement sur l’impérialisme occidental. Il se situe géographiquement sur les routes du pétrole. Il possède la dernière armée non asservie à l’impérialisme.

La Syrie a été le point d’appui décisif dans la mise en échec en 2006 de la guerre israélienne au Liban. L’Etat colonialiste, fer de lance de l’impérialisme, ne le tolère pas et exige sa destruction. Pour la Turquie, dirigée par des islamistes, c’est aussi l’occasion d’étendre sa zone d’influence économique, de renforcer la pression sur le peuple Kurde.

Les objectifs des puissances impérialistes sont clairs :

  • installer leurs marionnettes à la tête du pays

  • renforcer les positions militaires d’Israël

  • appliquer leur stratégie de morcellement des pays arabes dans le cadre du soi-disant « Grand Moyen Orient »

  • contrôler les richesses pétrolières de la région

  • réduire le poids international de leurs rivales : la Russie et la Chine.

Suivant un plan tactique immédiat :

  • Faire détruire par Israël le potentiel matériel de résistance du peuple syrien, ouvrir la voie à une victoire artificielle des groupes armés obscurantistes, vus par l’Occident, non comme terroristes, mais compatibles avec l’ordre capitaliste

  • Tirer ensuite argument de la victoire de ces groupes et de la soi-disant menace qu’ils représenteraient pour la sécurité d’Israël

  • Crier au final à la nécessité pour la France, les Etats-Unis et le Royaume-Uni d’intervenir en Syrie, au prétexte que « les lignes rouges ont été franchies ».

Le Moyen-Orient tient une place centrale dans les plans impérialistes, de par sa position géostratégique et ses ressources énergétiques. Les guerres en Afghanistan, en Irak, en Libye en sont de parfaites illustrations.

Le risque est maintenant réel d’un scénario à l’irakienne, avec décomposition de l’Etat, éclatement du pays, affrontements intercommunautaires, captation des richesses et paupérisation générale. Il n’y a pas d’illusion à avoir, c’est le choix de l’ordre mondial capitaliste, afin de s’offrir de nouveaux marchés.

Et le rôle de la Russie va plutôt dans le sens de sa mainmise sur la Syrie, animée par ses seuls intérêts géostratégiques et économiques, et non d’une solution politique réelle ; la Russie de Poutine n’est pas la Russie de Lénine.

Communistes, nous condamnons l’entreprise impérialiste en Syrie ainsi que les positions graves du gouvernement français. Il est de notre responsabilité à tous de combattre toute intervention militaire en Syrie ou ailleurs, de lutter contre l’impérialisme, de combattre l’ordre mondial capitaliste qui sème guerres, morts, destructions, asservissements et pauvreté des peuples par le pillage des richesses de leurs pays.

Communistes, nous affirmons et réaffirmons que l’issue de ce conflit et l’avenir de la Syrie passent par le respect du droit du peuple syrien à s’autodéterminer et à disposer des richesses de son pays.

Aujourd’hui, nous devons nous révolter, lutter tous ensembles, peuples du monde, contre le système capitaliste, pour un monde nouveau, pour la Révolution et le Socialisme, parce que « le communisme est la jeunesse du monde et qu’il prépare des lendemains qui chantent ».

Tag(s) : #Internationale

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :