Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Non aux Métropoles imposées par l'Union Européenne !
Oui aux agents sous statuts !
OUI à la coopération choisie entre les communes !

 

La réforme des collectivités locales initiée parSarkozy sera mise en place dès le 1er janvier 2015, par Hollande et son gouvernement. Elle est partie intégrante de l'offensive des classes dominantes d'Europe contre les services publics nationaux et contre les travailleurs. La création des métropoles françaises s'inscrit dans des critères de compétitivité économique au niveau européen.
Calquée sur le modèle fédéral États-uniens, l'Europe des régions répond à plusieurs objectifs :

 

1) Sous-couvert "démocratique", elle ouvre unprocessus de centralisation et de concentration dupouvoir entre les mains de quelques élus régnant sur d’immenses territoires, en réduisant le champ d’action des élus municipaux. Cette réforme exonére l’État de son obligation de répondre aux besoins des populations en participant au financement des collectivités territoriales et de leurs grands projets nécessaires. De plus, elle éloigne concrètement les citoyens des décisions.


2) Elle met en œuvre une casse des services publics de proximité sans précédent. Le transfert de compétences des communes vers le métropoles devrait voir une centralisation des services qui aura de lourdes conséquences sur la qualité du service rendu aux usagers, ainsi que sur les conditions de travail des agents territoriaux. Hollande l'a annoncé, il va falloir que les fonctionnaires territoriaux, après les fonctionnaires d’État, paient leurs tribus aux suppressions d'emplois publics. A l'occasion de cette concentration de services et d'une rationalisation des coûts jamais démontrée, de lourdes saignées d'emplois sont à prévoir.


3) Elle répond au diktat de l'Union Européenne de mettre en concurrence les services et les travailleurs d'une région face à une autre, en amplifiant celle existante, des travailleurs d'un pays contre un autre. Par conséquent, elle abandonne de fait les régions "pauvres", peu attractives économiquement. Un exemple remarquable est celui de l’Espagne où peuvent se côtoyer une Catalogne très développée et un sud du pays quasi en sous-développement.


4) Statut de la territoriale en danger : la mise en place de sociétés de droit privé, SPL (Société publique locale), pour la gestion de l'eau, et d'autres services publics ne doit pas
s'accompagner de la casse du statut des fonctionnaires territoriaux. C'est le statut des fonctionnaires qui protége les services publics, leur qualité et leur égalité d'accès. Communistes, nous pensons qu'il faut privilégier les régies publiques avec des agents sous statut public.


En résumé, la métropolisation/régionalisation va permettre de mener l'offensive contre les acquis sociaux, la souveraineté des nations et les services publics français d'une qualité incontestable. Les grands groupes privés savent pertinemment qu'il est bien plus facile de faire pression sur une région que sur un État où existent des organisations de salariés structurées et combatives (culture de luttes communes). L'Union européenne au service du capital poursuit sa route vers une Europe fédérale, cassant les résistances historiques des mouvements ouvriers nationaux et organisés, comme en France.


Nous, communistes, condamnons la marche forcée vers la métropole. Elle casse les pôles de résistance dans nos communes. A Saint-Martin- d'Hères, de nombreux services publics existent mis en place par les communistes : services à la personne, une cuisine communale, une régie publique de la distribution de l'eau, de nombreux services municipaux de proximité dans les quartiers etc... Dans d'autres communes, beaucoup de services publics ont été abandonnés à des prestataires privés avec des cahiers des charges minimalistes et des salariés exploités (comme dans toute entreprise privée).

 

Nous, communistes, sommes pour une coopération choisie, mutuellemment avantageuse, entre les communes et nous condamnons les métropoles instutionnalisées, outils de mise en concurrence des régions entre elles. Ces métropoles portent atteinte à l'Etat et à son unité, elles structurent l'UE de la compétition entre les régions et ses conséquences sur les services publics français. Ce n'est pas notre conception du service public rendu par des agents statutaires avec des garanties d'emplois et de carrières.


Nous, communistes, faisons le lien entre la qualité des services publics et la façon dont sont traités les fonctionnaires qui les servent. Nous sommes opposés à la casse des statuts des fonctionnaires d'Etat comme de celui des territoriaux. C'est pour cette raison que nous défendons les régies publiques avec des agents sous statuts contrairement aux SPL avec des salariés de "droit privé".

Communistes de Saint-Martin-d'Hères, nous militons pour que les communes dirigées par des communistes demeurent des pôles de résistance aux "crises" du système capitaliste que nous subissons.


Voter pour défendre ses interêts de travailleurs, c'est indispensable, mais lutter c'est essentiel, car nous sommes convaincus que ni les élections municipales, ni les élections européennes qui suivent, n'apporterons les changements nationaux immédiats dont les travailleurs ont besoin.

Nous affirmons que les forces existent pour combattre toutes les casses sociales locales qui découleront de la métropolisiation. Aujourd'hui, c'est uniquement par les luttes que les ruptures politiques sont possibles.


Le 18 mars, journée de grève nationale à l'appel des organisations syndicales CGT, FO, FSU et Solidaires contre "le pacte responsabilité" : encore 35 à 50 milliards pour les profits du MEDEF et autant de moins pour notre Sécu. Manifestation à Grenoble, 10h place de Verdun.

Contre les politiques de régression sociale au service du patronat, une seule solution : l'unité dans les luttes !

Rejoignez les communistes !

 

Tag(s) : #Métropole, #Actualité, #Saint Martin d'Hères

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :