Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

6 euros de plus par mois : c’est ce que touche en plus un smicard depuis le 1er juillet. Cette augmentation de « charité », qui n’a pour but avéré que d’assurer une certaine popularité au Gouvernement Ayrault,  ne pourra même pas compenser les hausses des prix des services publics déjà annoncées ou pas (gaz, SNCF notamment) voire même l'augmentation de la Contribution Sociale Généralisée (CSG) que prépare en ce moment même le Gouvernement.

C'est donc au nom du "réalisme économique" que le gouvernement a cédé au MEDEF.

Non seulement le SMIC n'augmente que très peu mais de ce fait, son augmentation n’aura pas de réelles conséquences sur les autres salaires puisqu’avec un faible salaire minimum le rapport de force bascule nettement en faveur du patronat.

Pire, le gouvernement a remis à l'ordre du jour la réduction du "coût du travail" chère à Nicolas Sarkozy.

En clair, il va s'agir de baisser les salaires pour rendre les entreprises davantage compétitives sur les marchés internationaux.

 

Non, le travail n'est pas un coût, c'est une richesse !

 

Derrière ces annonces et ces projets il y a la vie des gens.

Celle des chômeurs qui ne parviennent plus à retrouver un emploi décent, celle de centaines de milliers de salariés et leurs familles qui ne parviennent plus à boucler les fins de mois.

Est-ce un hasard si les principaux postes de dépenses en baisse en France sont la santé, les produits alimentaires de base, les vacances, les loisirs ?

La vente de biens de luxe, quant à elle, ne se porte pas plus mal qu’avant.

   Alors que les Gouvernements successifs s’acharnent à s’attaquer aux revenus de la classe ouvrière, ceux de la « France qui se lève tôt », sans pour autant parvenir à revitaliser l’économie, à l'inverse, une forte augmentation des salaires aurait des effets bénéfiques pour toute notre société.

-> Davantage de salaire, c'est davantage de ressources pour la Sécurité sociale, nos retraites, les finances publiques par le biais de l'impôt sur le revenu.

-> Davantage de salaire, c'est une consommation accrue pour répondre à nos besoins. Cela nécessite davantage de production de biens donc des créations d'emplois. C'est encore davantage de ressources fiscales par le biais notamment de la TVA.

C’est le « coût » du capital qui handicape notre économie : depuis 25 ans, alors que le salaire moyen n’a même pas doublé, le montant moyen des dividendes versés aux actionnaires a été multiplié par treize !

Il s'agit donc bien pleinement d'une question de société et d'un choix politique, un choix politique qui doit s'attaquer au capitalisme, il n'y a pas de solution intermédiaire !


Non à la rigueur "juste" !

Non à la politique du moins pire !

 

NON : LE SMIC EST UN SALAIRE, PAS UNE AUMONE !
Tag(s) : #Nationale

Partager cet article

Repost 0